Pourquoi j’ai honte d’être féministe ?

Nonon, vas-t-en pas steplaît! C’est une vraie question. Comment ça se fait que moi, qui ne suis pas née femme (pas littéralement, google Simone de Beauvoir, pour l’amour!), mais qui suis très certainement née « féministe », ai quand même aussi souvent honte de le clamer haut et fort? Et puis pourquoi je mets des guillemets? Il a besoin de crochets maintenant ce mot? De bémols? De « air-bags » pour l’amortir, le minimiser, lui enlever toute sa portée, mais surtout toute la connotation négative qu’on a réussi à lui attribuer en seulement quelques dizaines d’années? Malheureusement, oui.

Je crois par contre que le temps est maintenant venu pour ce mot de retrouver ses lettres de noblesse. On doit absolument le déstigmatiser et se le réapproprier parce que c’est tout sauf normal qu’autant de gens aient honte de s’auto-proclamer féministe aujourd’hui. Moi, chez nous toute seule, ça va. Parce que je connais la vraie définition du mot et que je sais qu’il me représente parfaitement, mais c’est devant les autres que j’ai peur de le dire, parce que je ne suis jamais sûre de ce qu’ils entendront. C’est ça le problème. Quand on dit « féministe » aujourd’hui plusieurs comprennent: « mouvement dépassé se constituant uniquement de femmes qui militent contre les hommes ».

En fait:

Être féministe ce n’est pas être contre les hommes, c’est être pour les femmes. Oui, j’en conviens, les hommes aussi sont victimes de double-standards, de sexisme et d’agressions sexuelles, mais c’est comme dire aux noirs que leurs revendications sont ridicules parce que les blancs aussi ont des problèmes. Bien sûr, l’herbe n’est jamais tout-à-fait verte nulle part, mais ta voisine, elle, elle bûche sur son gazon depuis des décennies et elle est tout juste rendue à un teint jaune-verdâtre pâle avec des spots de terre un peu partout. Voudrais-tu ben pas la faire chier avec ta belle pelouse et ses quelques brins qui dépassent? Tu pourrais même aller l’aider un peu avec la sienne au lieu de chiâler et ça lui fera sûrement ben plus plaisir de te rendre la pareille après.

Être féministe n’est pas dépassé. Tant que les femmes se feront cat-caller, pogner le cul dans les bars ou dans le métro, traiter comme des objets dans les publicités, payer moins cher pour le même travail, demander de se prouver plus, demander d’être toujours belles, questionner sur leurs vêtements plus que sur leurs réflexions, dire qu’elles sont bonnes « pour une fille », dire qu’elles sont hystériques ou émotionnelles quand elles expriment leurs opinions, et j’en passe un méchant paquet, il y aura lieu d’être féministe. Mais surtout, tant qu’il faudra encore expliquer pourquoi être féministe n’est pas dépassé, il y aura lieu d’être féministe.

Être féministe ce n’est pas nécessairement d’adhérer à un groupe de militantes qui montre ses boules, c’est une façon de penser qui se vit au quotidien. Je me rends de plus en plus compte que plusieurs personnes sont féministes sans le savoir, parce qu’elles ont toujours vu ce mot de façon péjorative et ne se sont jamais attardées à son véritable sens. Le féminisme ne se vit pas nécessairement en manifestant dans la rue avec pas de brassière, il passe maintenant plus généralement par des gestes quotidiens et par des valeurs dans lesquelles on croit. Si je crois qu’une femme a autant le droit qu’un homme de vivre sa sexualité comme elle l’entend sans se faire slut-shamer (ou prude-shamer), je suis féministe. Si je crois que des femmes peuvent occuper des postes de pouvoir au même titre qu’un homme, je suis féministe. Si je crois que les femmes ont le droit de marcher dans la rue sans se faire harceler, et ce, peu importe l’heure ou la façon dont elles sont habillées, je suis féministe.

Certains nient qu’ils sont féministes et préfèrent se dire « égalitaires ». Malheureusement, puisqu’il y a encore un déséquilibre évident entre les sexes, il faut d’abord être féministes pour espérer un jour pouvoir être égalitaires.

Dans le fond, peut-être que le seul prérequis pour être vraiment féministe, c’est d’avoir le guts (et non pas les couilles) de se déclarer comme tel-le. #Mangerpourtacaboche

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :