La priorité, c’est les enseignant-es

Pour l'instant, le besoin le plus criant, c'est de garder les profs, même pas d'en attirer des nouveaux, juste de garder ceux qui ont déjà, comme moi, un pied dans la porte.

Les suppléants font du bénévolat

Saviez-vous qu'un enseignant-suppléant ne peut être payé pour plus que trois heures trente de travail, peu importe la durée réelle de sa journée de travail?

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑